TÉMOIGNAGE D’UN PSYCHOLOGUE qui a été dans la jungle et a vu son monde intérieur, en prenant de l’Ayahuasca avec des chamans colombiens

PRENDRE DE L’AYAHUASCA DANS LA JUNGLE: DE LA NUIT À

L’AUBE DE … VOTRE ÊTRE

 

Au cours des voyages que nous faisons depuis plus de quinze ans dans la jungle amazonienne où nous avons amené des centaines de personnes à la rencontre des chamans du Putumayo, nous avons vécu des nuits magiques et célestes, une folie guérisseuse où chacun a eu gravé une marque spirituelle.

La cérémonie commence vers 22h et dure jusqu’à l’aube. Le Taita, ainsi que les chamans ou les médecins traditionnels sont appelés là bas, ouvre la cérémonie en bénissant le Yagé par une prière de protection et en invitant les participants à en boire une gourde pleine.

Puis un voile de silence retombe sur la « maloca », le bâtiment où se déroule la session spirituelle avec l’Ayahuasca. Ils l’appellent «médecine» sans crainte de faire une erreur ou d’insulter la science, car ils ont étudié les nombreux bienfaits physiques, psychologiques et spirituels de cette boisson depuis les temps anciens; après des milliers d’années de pratique, ils savent que c’est plus qu’un médicament parce qu’il ne travaille pas seulement sur le corps physique ou sur une partie de celui-ci, mais qu’il a une approche holistique de la personne qui le prend, c’est un esprit vivant matérialisé dans un liquide qui traverse chaque cellule du buveur.

Dans ce silence, le chaman commence à chanter « icaros », les chants rituels utilisés pour inspirer et guider le voyage dans les régions les plus profondes de l’âme et de l’univers. Il commence par des sons faibles afin d’abaisser la vibration énergétique et de permettre aux participants de descendre dans leurs ombres, leur inconscient et de ressentir ce qui leur arrive.

Une fois qu’ils traversent intérieurement ces lieux obscurs, le chaman commence à chanter ícaros de plus en plus haut et peut alors être accompagné par une flûte, un harmonica ou une guitare jusqu’à ce qu’il commence à chanter avec des paroles dans leur langue; les ícaros sont inintelligibles pour nous sur le plan verbal, le but est d’élever l’énergie et donc d’étendre l’état de conscience sans limite définie permettant à chaque participant d’avoir des idées et des guérisons de ce qui interfère avec la libre expansion de son être .

Une fois dans cet état, l’Ayahuasca semble danser dans le corps avec les chansons et induit un état de lourdeur physique connu sous le nom de « la chuma ». Bien qu’il soit possible de le surmonter – cela dépend de la force intérieure de chaque personne – de se lever et de danser et de célébrer la vie et les compréhensions qui émergent de sa propre connexion avec la conscience.

Pendant la cérémonie, il est possible de prendre de l’Ayahuasca plusieurs fois: le chaman détermine le nombre de prise grâce à ses années d’expérience. Nous buvons généralement avec les «taitas aînés», c’est-à-dire les taitas qui utilisent la médecine traditionnelle depuis de nombreuses années et que nous connaissons depuis longtemps.

Quand quelqu’un vomit dans la jungle, on peut sentir comment l’énergie de la terre l’absorbe, comment le sol absorbe la maladie, les blocages, la souffrance et les caractères, on sent comment tout cela reste souterrain pour devenir nourriture pour la vie, une vraie transmutation de la douleur. Il est possible qu’après l’ingestion et avec les yeux fermés, on ait des visions dans lesquelles tout ce qui se passe peut être vu avec la clarté et la vitesse de la foudre; ces visions sont la surface tangible des émotions et des compréhensions d’une nature très profonde et elles forment parfois un amalgame connu comme « la pinta », une oasis de guérison intérieure décorée avec les plus belles couleurs jamais vues, un cadeau mystique qui est jeté dans la conscience avec amour et douceur pour ravir, dans une danse psycho-nautique.

Après le jaillissement de l’énergie produite et les purges, on peut ressentir une guérison, un nettoyage interne et un nouvel état de santé qui se produit naturellement après ce processus. Cet état de conscience de sa santé et de sa libération s’appelle « el alivio » (le soulagement).

Parfois, avant et pendant la cérémonie, le Taita peut offrir des médicaments complémentaires tels que le «rapé» (feuilles de tabac moulu), qui est soufflé dans les narines avec un projecteur pour ouvrir et éveiller la personne à un état idéal de méditation, en nettoyant en même temps les narines pour bien respirer et équilibrer les énergies entre les deux hémisphères du cerveau.

Il est impossible de décrire la variété individuelle infinie des expériences des participants ainsi que l’énergie collective au cours d’une cérémonie et les amitiés qui résultent du partage d’une telle expérience suprême; alors quand le soleil commence à caresser la rosée du matin, la seule chose qui remplit son cœur est un sentiment ineffable de compassion et de gratitude envers toute existence et soi-même pour se sentir digne de ce don de Mère Nature à ses enfants.

Nous allons à la jungle tous les mois, du 11 au 22 de chaque mois, et nous restons dans notre propriété, l’Auberge Casa del Rio, offrant toutes les commodités pour se reposer après ces jours et nuits intenses.

 

Pour les réservations ou pour demander de plus amples renseignements écrivez à:

Silvia + 39 320 45 27 064 (via WhatsApp) ou à voyages@innermastery.es

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page