L'AYAHUASCA N'EST PAS UNE DROGUE LUDIQUE

L’AYAHUASCA N’EST PAS UNE DROGUE LUDIQUE, TOUT LE CONTRAIRE “Jordi Riba. (Scientifique influent et reconnu)

 

LE JOURNAL “LA VANGUARDIA” DE BARCELONE, EN ESPAGNE, PUBLIE UN ARTICLE SUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR L’AYAHUASCA.

Jordi Riba est un pharmacologue, qui enquête sur les substances psychoactives, il vient d’être inclus par le magazine ‘Rolling Stone’ dans la liste des 25 personnes qui marqueront l’avenir de la science.

Le dicton dit que personne n’est prophète dans son pays. Et c’est souvent vrai. Ceci est bien connu de Jordi Riba, un pharmacologue catalan qui vient d’être inscrit par le magazine américain Rolling Stone dans la liste des 25 personnes les plus influentes dans le futur de la science. Riba (Barcelone, 1968) jouit d’une reconnaissance à l’étranger. “Je donne en moyenne 10/12 conférences par an en Europe et aux Etats-Unis”, dit-il. Mais ici ses recherches, pour le moment, n’ont pas eu beaucoup d’impact. Peut-être que c’est à cause des substances qu’il étudie, quelque chose d’exotique. Ce scientifique est dédié à la pharmacologie du système nerveux central et aux neurosciences en général. Il a étudié des substances psychoactives qui produisent des changements dans la perception et la cognition, comme l’Ayahuasca, une sorte de breuvage que les peuples indigènes de l’Amazonie ont consommé depuis des temps immémoriaux. Grâce à ses recherches, Riba, chef du groupe de neuropsychopharmacologie de l’Institut de recherche de l’hôpital de Sant Pau, a dévoilé une partie du potentiel que cache cette boisson et il a voulu la partager avec La Vanguardia.

Comment se sent-on quand on est choisit parmi les 25 personnes les plus influentes dans le futur de la science?

Bien totalement surpris et stupéfait. Cela me fait plaisir de penser qu’il y a des gens qui reconnaissent le travail que nous faisons. Je travaille depuis 20 ans dans un quartier peu orthodoxe, qui s’est beaucoup développé ces dernières années, notamment à l’étranger. Justement, l’une des choses que je suis heureux d’avoir inclus dans cette liste, c’est que cela implique peut-être que le domaine dans lequel je travaille est mieux connu ici. Je dois dire que dans le monde de la science il y a des millions de fois mieux que moi [rires]. Je le prends comme une reconnaissance sans créer de pensées délirantes sur mes capacités.

C’est une grosse responsabilité?

Non, vous devez protéger un peu de ça. Quand je suis arrivé ici il y a 20 ans [à l’Hôpital de la Santa Creu à Sant Pau] et que j’ai proposé de commencer à étudier les substances psychoactives à la tête de la pharmacologie à l’époque, le Dr Manel Barbanoj s’est montré d’un esprit très ouvert. Mais les réactions étaient en général  autour de moi assez sceptiques.

J’ai suivi mon chemin, malgré le scepticisme, parce que j’ai compris que ce que je voulais étudier était assez intéressant pour attirer mon attention.

Des études quelques peu exotiques…

Oui, c’est un endroit très exotique. Si vous poursuivez quelque chose qui n’est pas dans un projet qui est déjà financé, cela roule seul, cela signifie que l’effort que vous aurez à faire sera cent fois plus élevé. J’ai suivi mon chemin, malgré le scepticisme, les doutes, les critiques possibles et divers obstacles, car j’ai compris que ce que je voulais étudier était assez intéressant pour attirer mon attention. Mais cela ne me compromets à rien d’autre qu’à un engagement envers moi-même, je ne ressens pas la responsabilité particulière d’avoir été inclus dans cette liste.

Comment l’Ayahuasca a-t-elle croisé votre chemin?

J’ai toujours été intéressé par la biochimie du cerveau. J’ai rencontré des anthropologues qui étaient allés étudier l’Ayahuasca en Amérique du Sud. J’ai lu certaines des histoires et établi des contacts avec certains d’entre eux. Plus tard, au milieu des années 90 et coïncidences de la vie, j’ai rencontré des gens qui commençaient à organiser des cérémonies d’Ayahuasca en Catalogne, en particulier autour de Barcelone, qui se résumaient à un certain nombre de pratiques, les rituels, qui venaient du Brésil et qui consistait à prendre une boisson qui avait des propriétés psychoactives.

Dans les années 90, il y avait déjà des groupes ici qui organisaient des cérémonies…

Il y avait un autre groupe dans les îles Baléares, un autre à Madrid … J’ai été frappé par les motivations de ces gens à prendre cette substance. Je m’attendais à trouver une utilisation plus ludique des substances psychoactives, mais je suis tombé sur le contraire.

Qu’est-ce que vous avez découvert?

Ces gens se retrouvaient tous les quinze jours. Ils m’ont expliqué, à travers leur expérience subjective avec l’Ayahuasca, qu’ils sont entrés dans un état d’introspection dans lequel ils expérimentaient toute une série de sensations. Comme celle de la récupération de souvenirs émotionnels. C’était très important pour eux. J’ai compris que ces souvenirs, qui apparaissaient parfois sous formes de visions et qui façonnent des fois les rêves, les aidaient à revisiter certains aspects de leur biographie, et tout cela sans jamais perdre conscience que ce qui se produisais été dû à ce qui avait été pris.

Curieux

Ils disaient que cela les aidait à surmonter certaines situations conflictuelles, traumatismes, qu’ils avaient vécus tout au long de leur vie. Vingt ans plus tard, l’Ayahuasca est devenu extrêmement populaire. Maintenant, certaines des personnes qui viennent à ce rituel sont des personnes souffrant de stress post-traumatique, comme des ex-combattants des États-Unis. en Afghanistan ou en Irak, pour lequel jusqu’à présent rien n’a fonctionné pour eux. Ils continuent d’avoir des souvenirs intrusifs et toute une série de symptômes handicapants. C’est le mouvement le plus récent.

Vous m’avez parlé du milieu des années 90 et du présent. Mais entre les deux, quel genre de personnes ont consommé cette boisson?

Des personnes qui ont eu de graves problèmes de dépendance à la cocaïne et à l’héroïne et qui ont été en mesure de quitter ce type de consommation après une période durant laquelle elles prenaient peut-être entre six et dix fois l’Ayahuasca. Des personnes qui, après vécu ces expériences ont décidé de quitter complètement ce chemin autodestructeur qu’ils menaient.

Des personnes qui ont eu de graves problèmes de dépendance à la cocaïne et qui ont pu les surmonter après avoir pris de l’Ayahuasca.

Cela semble incroyable.

Quand j’écoute ces histoires, je pense que ce que je fais semble pouvoir aider quelqu’un. Si j’essaie de comprendre quel est le mécanisme d’action derrière tout cela, je peux avertir la communauté scientifique que nous devrions peut-être prêter attention à cette question. Quand j’ai commencé, peu d’attention a été accordée à ces substances, et c’est quelque chose qui m’a attirait beaucoup d’être en terrain inconnu. Si vous avez l’esprit d’un enquêteur, c’est ce que vous aimez faire.

Maintenant, l’intérêt est plus grand?

Les portes s’ouvrent dans d’autres pays, comme en Angleterre et aux États-Unis. Les universités et les centres de recherche les plus prestigieux étudient des substances analogues. Dans mon cas j’étudie l’Ayahuasca, le principe actif qui produit les visions est appelé diméthyltryptamine (DMT), mais il y a d’autres études qui ont été faites avec la psilocybine, et aussi avec le MDMA, le principe actif de l’ecstasy. On voit qu’il y a toute une série de substances, qui ont une très mauvaise réputation, qui, si elles sont utilisées dans un contexte approprié – avec un but précis et avec une population de patients bien choisie – peuvent avoir des effets bénéfiques.

Et où situez-vous le tournant, le virage de la tendance?

Dans la découverte, il y a une dizaine d’années, d’un anesthésique appelé kétamine qui, à doses subanesthésiques, produit des changements de perception très intenses. Un groupe de psychiatres aux Etats-Unis Is’est rendu compteb ue, administré à certaines doses, c’était un puissant antidépresseur qui agissait très vite. Et maintenant il y a un boom de recherche de ce type d’antidépresseurs, qui agissent rapidement par des mécanismes très différents de ceux utilisés dans les médicaments traditionnels.

Je comprends

Avec les antidépresseurs traditionnels, il faut entre trois et quatre semaines jusqu’à ce que vous commenciez à voir une amélioration des symptômes. Avec l’Ayahuasca, dans une étude que nous avons menée au Brésil, l’amélioration des symptômes a été observée quelques heures après l’administration d’une dose unique, et l’effet est maintenu pendant trois semaines.

Surprenant

Ces résultats ont été atteints systématiquement avec la kétamine, ce qui a ouvert l’esprit à beaucoup de gens. Quelque chose qui a été stigmatisé comme une drogue qui se consomme dans les «raves», et nous voyons finalement que cela fonctionne pour certains patients. Ce qui se passe avec la dépression, c’est qu’il y a un très grand pourcentage de patients auxquels aucuns traitement ne fonctionne réellement. Nous parlons de patients à qui la thérapie par électrochocs, les électrochocs, n’ont pas fonctionné.

Et comment agit-il au niveau du cerveau?

C’est une préparation assez complexe. C’est une infusion, un thé, obtenu principalement à partir d’une liane, appelée Ayahuasca et qui donne son nom à la boisson, qui pousse en haute Amazonie (Bolivie, Venezuela, la partie la plus à l’ouest du Brésil, Pérou et Equateur). Cette liane contient une série de principes actifs que nous avons maintenant vu qui ont des effets très intéressants sur le système nerveux central et qui ne sont pas responsables des visions. La procédure consiste à écraser la vigne et à faire une infusion avec les feuilles d’une autre plante. Dans ces feuilles il y a un composé, le DMT, qui est très structurellement similaire à la psilocybine, qui est un autre psycho-actif.

Je vous suis.

La Psilocybine peut être pris par voie orale, elle n’est pas dégradé et est s’absorbe. Mais la DMT, si elle est prise seul, même en quantités de gramme, est complètement dégradée et n’atteint pas le sang, et donc n’affecte pas le corps. La chose curieuse est que les principes actifs de la liane bloquent la dégradation du DMT. Et on peut se demander comment il est possible que les habitants de cette région de la planète, qui est l’un des endroits où existe la plus grandes diversité végétale que l’on puisse imaginer, aient décidé de combiner cette vigne avec les feuilles d’une autre plante.

Passionant

La liane est très robuste, c’est comme un tronc. Le casser, l’écraser et faire l’infusion est un travail immense, ce n’est pas fait par hasard. Personne ne sait comment ils sont arrivés à la conclusion que cette combinaison fonctionnait. C’est la recette qui est arrivée en Europe et aux Etats-Unis, mais il y a d’autres groupes qui ajoutent d’autres plantes qui contiennent d’autres substances psychoactives, il est possible que leur consommation puisse être cependant un plus grand risque pour la santé.

Vous devez être prudent.

Beaucoup de gens qui veulent expérimenter  l’Ayahuasca et voyagent en Amazonie péruvienne, ils vont avec la première personne qui leur affirme qu’il est chaman et ils boivent ce qu’ils se font offert sans savoir ce qu’ils prennent. Il peut y avoir, par exemple, de la scopolamine (populairement connu comme Burundanga), qui est une substance qui peut mettre en danger votre vie.

Revenons à vos recherches…

Nous avons fait des études en neuro-imagerie, et ce que nous avons vu est que sous les effets de l’Ayahuasca différentes zones du cerveau s’activent, qui sont impliquées dans le traitements des émotions, de la mémoire et de zones qui sont la frontière entre les aspects cognitifs et émotionnels. Il y a aussi une certaine activation des zones visuelles, bien que ce ne soit pas très frappant, donc nous ne sommes pas sûrs que ce phénomène soit responsable des visions.

Je comprends

Le résultat final est que la personne récupère, de manière abrupte, des visions qui ont tendance à contenir des charges émotionnelles importantes. Il y a des gens qui, par exemple, revivent une relation avec quelqu’un qui était important dans leur vie. L’expérience est assez intense et peut être boulversante. Si vous regardez une session de l’extérieur, vous voyez la personne avec les yeux fermés allongé sur le sol. Mais soudainement, après un certain temps, vous pouvez commencer à voir la personne se mettre à pleurer.

Combien de temps l’effet peut-il durer?

Généralement, les effets commencent après environ 45 minutes après avoir pris une dose, cela prend beaucoup de temps. À partir de là, il y a un départ progressif, atteignant un effet maximal qui peut durer d’une heure et demie à deux heures. Puis il commence à diminuer et après quatre ou six heures après l’ingestion, les effets ont complètement disparu. Cela dépend aussi de la quantité qui a été ingérée.

L’expérience est assez intense et peut être boulversante

En général, y a-t-il une consommation responsable de l’ayahuasca?

Cela donne un petit vertige de voir comment il est en train d’être banalisé. Vous voyez des gens qui organisent des séances d’Ayahuasca un peu partout, il est décrit par un article du « New York Times » que c’est une expérience qui est à la mode … Je sais qu’il y a des gens qui vont à ces réunions en pensant que ce sera un agréable moment de plaisir, et ludique, alors qu’en réalité l’expérience n’a rien de ludique. Les gens, après vécu l’expérience, disent ‘wow, wow, wow!’.

Ça laisse une marque…

J’ai pris le temps d’évaluer les gens qui l’ont utilisé et certains m’expliquent qu’ils croient qu’après les expériences vécues ils acquiert des connaissances utiles pour leur vie, mais sont parfois en séance sur le point de prendre la la boisson et se mettent à penser« qu’est-ce que Je fais ici sachant ce qui va arriver! Tout le monde vous dit que ce n’est pas une substance récréative, bien au contraire. Si vous voulez fuir vos problèmes, prendre de l’Ayahuasca est la dernière chose que vous devriez faire, parce que vous les mettez sous vos yeux et pouvez les réexperimenter de manières douloureuses.

En d’autres termes, ça n’est pas une drogue récréative.

Il a une série d’inconvénients qui le rendent désagréable. Dans sa forme habituelle, elle a un goût horrible, elle sent aussi mauvais, produit une sensation de brûlure dans l’estomac et des nausées pratiquement immédiates au moment de la prise. De plus, il est assez habituel que la personne, après l’avoir prise, vomisse. De ludique, elle n’en a pas beaucoup. Si à cela vous ajoutez que les expériences peuvent être émotives et douloureuses d’ un point de vue émotionnel … C’est pour moi une barrière de sécurité.

Dans quel sens?

Je fais des études avec des patients qui ont des problèmes de toxicomanie, et les personnes qui travaillent avec eux me disent: « Vous me dites que vous voulez expérimenter avec quelqu’un qui a des problèmes de toxicomanie, en donnant quelque chose qui contient une substance psychotrope puissante et  qu’il pourrait avoir un risque d’abus? ‘ Je vous assure que personne ne prend de l’Ayahuasca pour le plaisir, 100% garanti.

C’est une bonne nouvelle…

Une chose que nous avons récemment constatée est que les composés de lianes, qui étaient supposés aider le DMT à ne pas se dégrader, ont des effets biologiques assez intéressants. Dans le cerveau adulte des mammifères, il existe un certain nombre de niches de cellules souches qui produisent de nouveaux neurones. Ce phénomène n’a pas reçu beaucoup d’attention car le taux de production est franchement bas. Or, nous avons vu que deux des composés présents dans la vigne, les bêta-carbolines, ont des effets neurogènes très puissants.

Est-ce qu’ils aident à générer des neurones?

Ils stimulent la prolifération du nombre de ces cellules souches et leur migration pour s’intégrer dans des circuits cérébraux pré-existants où ils sont transformés en neurones fonctionnels. Ces trois processus sont stimulés par ces deux composés de la liane. Il s’agit des conclusions d’un article que nous venons de publier et qui a laissé tout le monde assez surpris, moi le premier.

Cela semble prometteur.

Quand j’explique qu’il ya des gens qui en consommant ayahuasca ont fait un changement de vie, ils étaient plongés dans la dépression ou la toxicomanie et ont été en mesure de rediriger, et décrire l’expérience subjective de ce rapport, je rencontre beaucoup de visages de scepticisme. Mais quand vous tester biologiquement ces composés et que vous trouverez qu’ils agissent de la même façon que le font les antidépresseurs  sur le plan clinique, alors vous comptez des données qui sont plus facilement transférables et peuvent être mieux reçues et acceptées par la communauté dédiée à l’étude des neurosciences.

Il semble que l’Ayahuasca a beaucoup de potentiel.

Il est très clair que cela produit un effet au niveau biologique. Nous avons également vu, en faisant des études avec des IRM (en examinant la structure du cerveau et la fonction cérébrale), qu’il y a une diminution de l’activité d’une zone du cerveau 24 heures après la consommation de L’Ayahuasca, le lobe médian pariétal, qui est directement associé à ce que serait la perception intime de soi-même. Dans les situations pathologiques, dans lesquelles il peut y avoir des symptômes dépressifs, cette zone est dans un état d’hyperactivité, et cette hyperactivité est directement liée à des pensées de type obsessionnel et négatif.

Je comprends

Si nous nous comparons avec d’autres grands singes (gorilles, chimpanzés, bonobos), l’une des choses qui nous différencie d’eux est une grande expansion de cette zone médiale du lobe pariétal. Il y a de plus en plus de preuves que cette partie du cerveau soit peut-être associée aux processus de conscience du soi. Un état spécifique de cette zone semble corréler avec des pensées de type négatives. Nous avons vu qu’une fois que les effets aigus de l’Ayahuasca ont disparu, il y a une désactivation de cette zone.

Intéressant

Sur le plan psychologique, nous avons observé qu’après les effets aigus de l’Ayahuasca, il y a une diminution de l’auto-évaluation négative constante de soi-même que certaines personnes font. C’est un déficit que mes collègues du département de psychiatrie observent chez de nombreux patients, quel que soit leur diagnostic.

Je vois que cette substance a de nombreuses applications.

En parlant avec des collègues qui traitent des personnes ayant des problèmes de toxicomanie, ils me disent que pour le traitement, par exemple, de la dépendance à la cocaïne, il n’y a rien actuellement. Ce n’est pas qu’il n’y a rien qui fonctionne, c’est qu’ils n’ont rien à leur donner. Tout est symptomatique: si le patient est anxieux  ils llui donnent du Benzodiazépines, si il a des symptômes psychotiques, vous lui fournissez des neuroleptiques, on leur donner également des médicaments qui équilibrent les changements brusques d’humeur … Nous avons fait une étude avec des personnes qui avaient un diagnostic exclusif d’addiction à la cocaïne et nous avons vu des changements dans la structure de son cerveau.

De quel type?

On a constaté un renforcement de la connexion et du volume des zones du cerveau qui sont constamment à la recherche de la satisfaction et, en même temps, nous notons que les zones du cerveau qui vous aident à évaluer une situation et vous mettent en garde des dangers potentiels ont été désactivées. Cela ne me surprend pas, vu ce que nous détectons, qu’il est extrêmement difficile pour ces gens d’abandonner leur dépendance, et qu’il y a des changements structurels, tout leur cerveau a été reconnecté.

Incroyable

Ce sont des situations très problématiques. Mais quand je vois, en parallèle, qu’il y a des gens qui grâce à l’Ayahuasca, m’expliquent, qu’ils ont réussi à quitter leur dépendance, et bien, malgré la stigmatisation qu’on fait d’une substance utilisée par les populations autochtones, la stigmatisation qui veut faire d’elle un psychoactif,  un psychédélique, une pratique d’ hippie , etc., je me sens alors obligé de faire des recherches, parce que si je ne le fais pas, je manque à mes obligations de chercheur. Le chemin que j’ai commencé était plutôt solitaire de 1996 à 2005, mais des études ont commencé à apparaître avec la psilocybine aux États-Unis, rien de moins que la meilleure école de médecine du pays, la Johns Hopkins.

C’est un centre très prestigieux.

Un autre psychiatre fait de même à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). La FDA également, l’agence pharmaceutique américaine, elle a donné à la MDMA une désignation de  thérapie prioritaire pour traiter le stress post-traumatique, un énorme problème aux États-Unis, et il y a un autre groupe à l’Imperial College de Londres qui entame ces études . Aux Etats-Unis C’est également là que les premières recherches sur la kétamine à usage thérapeutique ont été faites. Lorsque des institutions sacrées comme celles-ci commencent à faire ce type de recherche, vous parvenez à faire en sorte que plus de gens prêtent attention à vous lorsque vous en parlez.

Avant vous commentiez que certains composés de la liane ont la propriété de générer des neurones. Pourrait-elle avoir son application pratique dans des maladies telles que la maladie d’Alzheimer?

Nous sommes très loin. Nous sommes très prudents. La vitesse à laquelle les nouveaux neurones produisent les niches dans le cerveau adulte des mammifères est faible. Vous pouvez le stimuler, mais il y a toujours eu la question de savoir jusqu’à quel point, et si cette stimulation pouvait contrer la perte neuronale associée à une maladie neurodégénérative. Nous n’avons toujours pas la réponse pour cela. La prochaine étape que nous voulons prendre est de tester sur des modèles animaux, nous voulons voir si nous pourrions prévenir ou inverser les déficits cognitifs.

Si toutes ces recherches que vous avez faites ne finissent pas par avoir une traduction thérapeutique un jour, comment vous sentirez-vous?

J’ai commencé à étudier tout cela parce que j’étais très intrigué par son mécanisme d’action. Je ne suis pas clinicien, je suis très curieux de savoir comment fonctionne le cerveau et comment il est possible que des substances a priori très simples puissent altérer de façon si profonde la capacité de percevoir et penser nos émotions, ainsi que la perception de soi et notre rôle dans le monde. C’était mon principal intérêt. J’étais le sceptique numéro un par rapport à ces irecherches qui pourraient avoir une application thérapeutique un jour. Ce n’était pas mon objectif. Mais d’autres ont vu que je pouvais l’avoir, et ont presque dû me convaincre. Dans ce cas, je crois que la relation risque-bénéfice serait totalement justifiée.

Quelle est l’utilité de savoir comment une substance agit dans le cerveau si elle n’a pas de traduction thérapeutique par la suite?

Les lois de Newton datent du dix-septième siècle et n’ont pas été appliquées pour atteindre la lune que jusqu’en 1969. Peut-être que Newton ne l’a jamais n’y a jamais pensé, il l’a fait pour le plaisir de comprendre comment fonctionnait la gravitation.

Vous recherchez pour le plaisir de savoir…

Oui, en gros je le fais pour le plaisir de savoir. Vous passez de très longues périodes dans la misère émotionnelle, mais le jour où vous obtenez des résultats, ce jour-là vous vous sentez satisfait.

 

Pour néophyte en la matière comme moi, j’ai du mal à comprendre qu’on fasse des recherches sur quelque chose qui n’a potentiellement pas de finalité pratique.

Ensuite, vous la cherchez. C’est la grande erreur qui est commise en ce qui concerne l’approche qui est donnée à la science. Lorsque vous demandez des ressources pour un projet, ils vous interrogent sur la capacité de traduction que vous aurez sous la forme d’un avantage pour la société. C’est une vision que vous pouvez appliquer à l’ingénierie, mais aucun des grands résultats médicaux n’a été atteint par un objectif préétabli. On dit souvent, à tort, que quelque chose a été découvert par hasard.

Aucun des grands résultats médicaux n’a été atteint par un objectif préétabli

Il y avait Fleming avec ses cultures bactériennes, et un jour, par hasard, il a été contaminé par un champignon. Il aurait pu prendre le lot et noter  «contaminé, c’est mauvais, je le nettoie et je continue l’expérience». Mais à la place, il s’est arrêté et a vu comment il n’y avait pas de bactéries autour de l’endroit où le champignon avait poussé. Et il s’est demandé: «Ce champignon empêche-t-il la croissance des bactéries? Mais si vous aviez enfermé Fleming pendant 10 ans de sa vie en lui disant ‘vous devez découvrir l’antibiotique’, vous n’auriez rien trouvé.

Je comprends

Actuellement, les pouvoirs en place ne le comprennent pas, et ils veulent que vous trouviez déjà l’application. Mais c’est à ce moment-là que vous vous demandez: «Où sont les sociétés pharmaceutiques les plus puissantes? Eh bien, d’Allemagne et de Suisse. Et quand ont-elles commencé à produire des substances pharmaceutiques? Au début du 20ème siècle.  J’ai commencé à étudier la chimie organique, et tous les noms des réactions avaient, et ont, des noms allemands. Pourquoi? Parce qu’ils expérimentaient une chimie qui fut inutile pendant tout le XIXe siècle. Ils ont passé une centaine d’années à découvrir que cela avec l’autre a réagi de telle manière et pourrait obtenir une telle chose et, plus tard, au vingtième siècle ils sont devenus une puissance pharmaceutique. Mais ils n’ont rien fait pendant un siècle.

C’est quelque chose que nous ne faisons pas ici.

En Espagne, nous voulons passer tout cela, et ils veulent déjà l’application. Vous tuez la possibilité de découvrir des choses. Que voyons-nous maintenant? Que de nombreuses enquêtes dirigées n’ont menées à rien. Et de nombreuses sociétés pharmaceutiques quittent le secteur du système nerveux central parce qu’elles ont dépensé des millions pour des recherches ciblées et n’ont rien trouvé.

Ce n’est pas le chemin à suivre.

Sûrement, le gars qui pensait ‘Je donnerai de la kétamine aux personnes déprimées’ a dû se battre contre un stigmate. «Si cela est pris par les geeks dans les« raves ». Tu veux donner aux gens une drogue ? te diraient-ils. Mais maintenant cet homme apparaît dans ‘Nature’ comme une grande référence. Si j’avais ignoré certains visages de dénis que j’ai vus autour de moi quand je suis arrivé ici, je n’aurais rien fait. Mais vous le faites parce qu’il y a quelque chose qui vous encourage à suivre ce chemin.

Après avoir étudié pendant 20 ans, l’Ayahuasca me réserve toujours des surprises

Si je devais définir ce qu’est l’Ayahuasca en quelques phrases, comment le ferais-je?

Un puits de potentiel thérapeutique que nous devrions approfondir. Je voudrais aussi dire que j’aimerais avoir plus de ressources pour enquêter parce qu’après 20 ans d’avoir commencé son étude, il me réserve toujours des surprises. C’est l’occasion de développer éventuellement des médicaments qui peuvent aider les gens qui n’ont actuellement rien pour résoudre leur problème.

 

ARTICLE ORIGINAL DU JOURNAL “LA VANGUARDIA”

http://www.lavanguardia.com/vida/20171219/433742427184/jordi-riba-huir-problemas-tomar-ayahuasca-ultimo-debes-hacer.html

RETRAITES AVEC AYAHUASCA AVEC UN CONTEXTE PROFESSIONNEL, ÉCRIVEZ À:

[email protected]

[email protected]

[email protected]

Accueil Eventos L’AYAHUASCA N’EST PAS UNE DROGUE LUDIQUE, TOUT LE CONTRAIRE “Jordi Riba. (Scientifique influent et reconnu)

Dejanos tu comentario sobre este artículo

Comparte este artículo

Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Alberto José Varela

Alberto José Varela

Fundador de empresas y organizaciones; creador de técnicas, métodos y escuelas; autor de varios libros. Estudiante autodidacta, investigador y conferencista internacional, con una experiencia de más de 40 años en la gestión organizacional y los RRHH. Actualmente crece su influencia en el ámbito motivacional, terapéutico y espiritual a raíz del mensaje evolutivo que transmite.

Otros artículos por Alverto

Elige un Idioma

Selecciona tu Idioma