Accueil SICH NIRGENDWO WOHL FÜHLEN. (1. Teil) Die wesentliche Unzufriedenheit und die existentiellen Konflikte, die unser Leben betreffen ETRE BIEN NULLE PART (1ère partie) L’insatisfaction essentielle et les conflits existentiels qui affectent notre vie
ETRE BIEN NULLE PART (1ère partie) L'insatisfaction essentielle et les conflits existentiels qui affectent notre vie

ETRE BIEN NULLE PART (1ère partie) L’insatisfaction essentielle et les conflits existentiels qui affectent notre vie

AIMANTS EXTERNES QUI NOUS RETIRENT DE LA ROUTE

Pourquoi y a-t-il une partie de nous qui veut fuir, abandonner ou s’échapper?

Dans le monde de la croissance personnelle et de la spiritualité, il est souvent nécessaire de faire un saut, de quitter la zone de confort ou de se retirer de ce qui ne nous fait pas du bien. Mais il est rare que la question de l’EVASIVE existe dans la plupart des cas où il y a un saut pour aller à un autre endroit, à une autre situation ou à une autre route ou un autre projet.

Il est vrai que sans sauts nous n’avançons pas, mais il est vrai aussi que si un saut est de fuir, nous n’avançons rien mais nous nous trompons nous-mêmes. La combinaison de plusieurs mesures bien prises et un saut de temps en temps, nous permet d’avancer avec une grande force dans notre processus d’évolution personnelle.

Aujourd’hui, c’est le 11 février 2016, il est 4 heures du matin, quand je me lève pour écrire. Le silence est l’un des grands secrets pour être calme. La solitude est une autre clé, bien qu’il y ait des gens dans ma maison, je peux être calme sans que personne ne me regarde, ne me demande ou ne m’appelle. Mais il y a quelque chose de beaucoup plus profond dans le phénomène de l’écriture chaque matin: le repos; Je le vis d’une manière étrange; depuis que je vais au lit, et jusqu’à ce que je me réveille, je suis dans le processus interne; tout ce qui m’arrive chaque jour, ce que j’entends ou ressens, c’est la matière par laquelle ma réflexion sur moi-même et sur la vie pendant le rêve nocturne est activée.

La nuit dernière, je rencontrais Oscar Gómez, l’une des personnes qui depuis le début a apporté des idées et des idées sur des questions liées principalement à l’intégration psychothérapeutique et à l’interaction avec les personnes qui travaillent avec moi ou avec les participants aux événements que nous organisons.Avec Oscar, nous pratiquons une sorte de conversation éclairante sur le moment où nous vivons, afin de détecter d’éventuelles incohérences personnelles qui peuvent influencer les aspects commerciaux et professionnels. Nous regardons en profondeur les gens pour voir comment les soutenir.

Étant donné que nous sommes plus de 50 personnes travaillant dans la même société du projet, il est évident qu’il nous arrive des choses très importantes dans lesquelles nous sommes tous impliqués, et ce sont ces choses qui manifestement manifestent qui nous donnent l’indice de ce que nous devons résoudre. Ou dans ce que nous devons travailler ou évoluer. Aujourd’hui, je voulais raconter un résumé des sujets, parce que je méditais sur les points qui peuvent par coïncidence limiter le développement de notre vie.

Voyons voir si vous identifiez avec ces points:

La premiere chose : l’état du peuple est apparent. Ce que nous voyons des autres est une piste très floue de ce qui se passe réellement à l’intérieur. Habituellement, nous sommes bien pires que ce que nous pensons ou ce que nous pouvons voir. Nous ne reflétons pas tout ce qui nous arrive, ce que nous ressentons ou ce qui nous arrive à l’intérieur. Comme si nous étions des bombes contenues. C’est pourquoi il est indispensable de s’auto-tromper. Il est très utile de ne pas voir la réalité telle qu’elle est, de continuer à travailler même si rien n’est résolu. Mais si l’auto-tromperie est soutenue dans le temps, elle est très préjudiciable à l’avancement de l’individu; C’est comme apprendre à s’adapter à tout pour ne rien changer.

La seconde chose: Les opportunités que la vie nous offre sont beaucoup plus que nous sommes prêts à en tirer parti. Il y a une décompensation entre tout ce que nous pouvons faire et ce que nous faisons, évidemment nous sommes limités, contraints, piégés dans la zone sûre, confortable et connue, qui nous asservit et nous éloigne des possibilités de développement et d’expansion. Ne pas être capable de percevoir ce que la vie nous offre, ne pas se rendre compte que nous avons la route à parcourir, est une conséquence de nombreux facteurs tels que la peur, la faible estime, le sentiment d’indignité ou les blocages de la prospérité. Ne pas voir les opportunités est un aveuglement psycho-émotionnel tragique.

La troisième chose: les valeurs, le talent, les dons et les capacités que nous avons ne sont pratiquement pas utilisés, en ce sens que nous sommes un vrai gâchis. Il est évident que nous valons beaucoup plus que ce que nous pensons et que nous pouvons aller beaucoup plus loin que ce que nous imaginons. Nous avons un potentiel inexploité, bloqué ou endormi qui fait mal à notre âme, puisqu’elle veut s’exprimer. C’est pourquoi les chamans affirment que la maladie est spirituelle, parce que l’humain n’accepte pas l’esprit libre et créatif qu’il porte à l’intérieur. Si la potentialité n’est pas reconnue ou acceptée, tout ce qui vient après est plus ou moins ennuyeux.

Cette situation, résumée dans ces trois points, fait partie de la même nature humaine: nous coexistons avec des limitations et des potentialités. La divinité et l’humanité habitent le même espace. Ou autrement dit: l’ombre et la lumière. Mais le gouvernement de conditionnement est si oppressif qu’il ne nous permet pas de s’épanouir.

Devant nous apparaissent les moments et les situations qui nous mettent au défi de surmonter ce qui nous limite et d’avancer sur la voie du développement et de la réalisation de nos aspirations les plus profondes. Le déni, les conditions et les empêchements sont interposés pour ne pas nous permettre de faire le saut. La plupart du temps, la peur gagne. Mais il est important de méditer sur le fait que si ce que nous sommes et ce que nous valons ne se manifeste pas visiblement dans notre vie, nous nous bornons à nous ennuyer, à nous résigner, à souffrir et à nous gaspiller. Et cette situation est ce qui crée un grand malaise interne.

Mais pour que cela n’arrive pas, il faut cesser d’être sous la tyrannie du conditionnement, il est vital de résoudre les fautes internes qui ne nous permettent pas de fonctionner correctement; il y a beaucoup de choses à réparer, et pour cela nous devons ouvrir des processus de guérison qui nous absorbent beaucoup de temps et d’énergie, qui en de nombreux moments nous épuisent, nous submergent et nous rendent mal à l’aise; mais, si l’on ne s’attaque pas à chacun des points ou nœuds qui nous bloquent, nous ne pouvons pas faire le saut pour transcender et évoluer. Si les étapes que nous suivons ne sont pas accompagnées de sauts, nous nous habituons à la médiocrité. Certains points internes de résistance sont très profonds, ce qui nécessite une grande technologie de transformation pour pouvoir les dissoudre. Si nous sautons sans résoudre ce qui est en attente, le saut ne sera pas réel mais une simulation.

UN EXEMPLE D’UNE RÉACTION PLUS OU MOINS COMMUNE: Quand les gens ne veulent pas et / ou ne peuvent pas continuer ou avancer, parce qu’il est à des mesures plus complexes qui nécessitent plus d’attention, l’engagement et la confiance sont actifs sur un appel à l’extérieur, comme si un ordre vient de quelque chose ou quelqu’un , qui dit “viens, viens, viens”. Beaucoup de gens disent qu’ils doivent aller quelque part ou d’une situation à une autre obéissance à la voix (qui se créer); et il est possible qu’ils soient guidés par la lâcheté et non par le courage; mais ils partent sans avoir résolu ce qu’ils ont touché, sans avoir atteint la fin de ce voyage. En allant à n’importe quelle autre situation, ils portent avec eux tout ce qui n’était pas résolu dans la situation précédente. Il est logique que de cette manière, la limitation devient échappe de base plus forte, se faisant passer sous prétendue « APPEL DU COEUR », qui cache en fait un mécanisme difficile à atteindre. “Mon coeur me dit de partir” est une phrase typique qui tente de justifier l’injustifiable. En pratique, ils appuient le bouton Rouge « EJECT » pour sauter avec le parachute pour les sauver,et abandonner l’avion.

De quoi les êtres humains fuient-ils? Pourquoi les aimants externes sont-ils activés pour nous sortir de l’endroit où nous devrions continuer? D’où vient ce besoin de vouloir disparaître? Qu’est-ce qui provoque l’envie de vouloir partir?

Tous les aimants externes sont dirigés par des aspects internes, c’est-à-dire qu’il y a une partie de nous qui veut fuir, qui veut partir, et c’est pourquoi nous activons ces aimants externes qui nous appellent, nous attirent, nous absorbent … du besoin d’évasion. Mais où aller? Avant de déménager, nous savons déjà que la non-conformité vous mènera partout.

Un ami m’a écrit il y a quelques jours et m’a demandé: Que peut-on faire pour être réellement donné naissance à Alberto?

Je lui ai répondu: « Vos paroles me résonnent un besoin très puissant: LA NÉCESSITÉ D’disparais de la carte, vous avalez la terre. Et d’un autre côté dans cette question je vois MEFIANCE DE LA VIE. Car le besoin de fuir et de se méfier sont les deux faces d’une même pièce. Qui fuit a la méfiance. Au fond, je sens que vous n’êtes pas présent avec ce que vous vivez en ce moment. et c’est quelque chose de général, non seulement pour l’argent, la profession, la famille, etc. Mais même pour la fatigue que vous avez de vous-même, il est comme une lassitude existentielle par le fait que vous venez de mal à donner un sens à votre vie ou votre vie a un but et vous permet d’être dans un état permanent de la livraison. Beaucoup de gens s’auto-imposent «s’abandonner à l’existence» parce que ça sonne bien ou parce qu’ils le lisent dans un livre. Mais la DÈLIVRANCE est quelque chose qui ne peut pas arriver comme un effet d’un événement précédent. C’est quelque chose de magique et de spontané. Si la livraison authentique n’existe pas, alors vous devez faire des choses à se rendre, mais vous vous rendez compte que ce n’est pas la dèlivrance effective.

Les bonnes questions seraient: Que peut faire l’existence pour me donner ce dont j’ai besoin? Que puis-je faire pour que l’existence me donne ? Les deux questions ont au moins une réponse, et c’est la même réponse: RIEN! Parce que vous ne pouvez rien faire pour être à l’aise et satisfait de vous-même. L’existence ne peut rien faire et vous ne pouvez rien faire non plus. Mais l’observation objective, sans jugement, sereine et profonde, (ce qui ne semble pas être le cas) est ce qui ouvre la conscience et active la capacité de voir le mécanisme par lequel la même chose se produit, encore et encore. Ce qui se répète, c’est que rien ne me satisfait profondément; en aucun endroit, relation ou situation je ne peux rester longtemps; Quand quelque chose se complique ou me confronte, je dois m’échapper.

Les gens vivent toute leur vie en participant à la répétition des mêmes réactions et comportements, mécanismes programmés pour toujours réagir de la même manière. Qui ose sortir du mécanisme de la répétition?

Le besoin de fuir ou de disparaître vient d’un point très profond où l’individu n’est pas satisfait de lui-même, ne se satisfait pas, ne sent pas qu’il en a assez pour se sentir complet; Ce sentiment d’incomplétude produit un vide existentiel qui peut être utilisé pour échapper ou entrer dans le cœur du problème. Tout le monde choisit l’option. Et selon l’option que vous choisissez, vous trouverez le paradis ou l’enfer.

Si nous fuyons, nous ne résolvons rien, nous ne faisons que reporter; si nous entrons dans la boîte noire nous pouvons découvrir l’origine de l’insatisfaction, nous pouvons prendre des années peut-être, mais dans le processus et depuis le début, nous trouvons déjà des traces de la tragédie originale, nous voyons ce qui nous est arrivé, nous réalisons qu’il y avait des causes raisonnables d’insatisfaction, et bien sûr, si nous avançons et n’abandonnons pas le processus, nous pouvons arriver à voir la solution face à face.

Je reconnais que c’est un chemin ardu et difficile qui est parfois compliqué, mais c’est ce qui nous donne la garantie que chaque pas que nous faisons est authentique et nous prépare à faire de grands progrès. Le monde spirituel et thérapeutique est plein de gens qui se trompent eux-mêmes, qui croient connaître ou avoir atteint un certain état de conscience, mais quand la vie les met dans une situation plus ou moins compliquée, ils ne savent pas quoi faire. Alors ils s’échappent ou succombent.

Ceux qui peuvent rester jusqu’à la fin de chaque étape de leur vie, sont ceux qui peuvent développer le maximum de potentiel et profiter de l’opportunité qu’ils ont d’évoluer, et ceux qui atteindront la fin de la vie heureux de partir. Abandonner un processus est tragique. Mais quand une étape est terminée et que tout ce qui était nécessaire pour évoluer a été recueilli, alors il faut continuer; mais pas fuir, mais sauter vers de nouveaux défis qui ouvriront de plus en plus le chemin du bonheur.

Si je ne suis pas à l’aise avec moi-même, où puis-je aller? Je vais devoir quitter la vie, mais peut-être que ce n’est pas assez comment sortir de l’existence? C’est impossible. Nous sommes pris et confrontés pour résoudre le problème essentiel de non-conformité et l’inconfort d’être dans le corps et la situation que nous sommes. Que vous soyez une femme ou un homme, vous êtes meilleur ou pire, vous êtes riche ou pauvre, malade ou en bonne santé, c’est votre tour et je dois aller pas à pas, ressentir et remercier ce que nous avons touché.

“Si dans cette vie nous traversons ce que nous devons traverser, alors nous transcenderons et serons prêts pour de nouvelles phases du jeu de l’évolution.”

Alberto José Varela

[email protected]

Déjanos tu comentario sobre este artículo o compártelo

WhatsApp
Twitter
Facebook
LinkedIn
Email
Picture of Alberto José Varela

Alberto José Varela

Fundador de empresas y organizaciones; creador de técnicas, métodos y escuelas; autor de varios libros. Estudiante autodidacta, investigador y conferencista internacional, con una experiencia de más de 40 años en la gestión organizacional y los RRHH. Actualmente crece su influencia en el ámbito motivacional, terapéutico y espiritual a raíz del mensaje evolutivo que transmite.

Autres articles par Alverto

Elige un Idioma

Selecciona tu Idioma