Ayahuasca, le prochain antidépresseur ? Article du journal « EL ESPECTADOR » sur l’intérêt scientifique de ce remède chamanique.

Intérêt scientifique pour cette plante traditionnelle

Yajé, (ayahuasca) le prochain antidépresseur ?

Six patients souffrant de dépression ont reçu une dose d’ayahuasca au Brésil et ont montré une amélioration de leur état.

Des scientifiques brésiliens pensent que le yajé pourrait être utile dans le traitement de la dépression.

Il y a quelques semaines, un groupe de scientifiques de la célèbre Mount Sinai School of Medicine de New York, a révélé que, suite à l’étude de 100.000 molécules à la recherche d’un remède pour le diabète, une seule d’entre elles était prometteuse. Il s’agit de la harmine, un composé caché dans la ayahuasca ou yajé (Banisteriopsis caapi).

Maintenant la bonne nouvelle vient du côté d’un groupe de chercheurs brésiliens, dirigés par le neuroscientifique Jaime Hallak, qui ont annoncé par le biais de la Revista Brasileña de Psiquiatría l’effet positif du yajé sur un petit groupe de patients diagnostiqués avec une dépression sévère.

Hallak et ses collègues ont recrutés au moyen d’annonces ainsi que par le contact de médecins de cliniques privées, six patients : deux hommes et quatre femmes. Deux souffraient d’épisodes légers, trois d’épisodes modérés et un était atteint d’un trouble grave.

Les patients ont reçu toutes les informations nécessaires sur l’utilisation du yajé et ont donné leur consentement pour l’expérience. Le yajé a été préparé par les membres de la communauté Santo Daime du Brésil, et stocké jusqu’au jour de la prise à la Faculté de Médecine de l’Université de São Paulo.

Chaque patient a absorbé entre 120 et 200 ml, en fonction de son poids. Un examen médical général ainsi qu’une batterie complète d’analyses de laboratoire et de tests pour mesurer l’état dépressif ont été réalisés avant et après l’expérience.

Bien que la moitié des patients ont vomi, un symptôme bien largement connu de toutes les communautés qui utilisent la plante hallucinogène, les neuroscientifiques brésiliens ont été surpris par les résultats. D’une part, les symptômes dépressifs ont commencé à décroitre dans les heures qui ont suivies, et l’amélioration a duré jusqu’à trois semaines. Généralement les antidépresseurs commerciaux ne montrent aucun effet avant deux ou trois semaines après le début du traitement.

Dans les tests d’évaluation psychiatrique, les neuroscientifiques ont observé des signes d’amélioration jusqu’à 47% chez tous les patients.

L’une des faiblesses de l’étude, mise à part le petit échantillonnage de patients, est qu’il n’ait pas inclus un groupe de contrôle pour comparer les résultats. Pourtant, les auteurs estiment que « ces résultats suggèrent que l’ayahuasca peut représenter une puissante nouvelle substance pour le traitement de la dépression et des symptômes d’anxiété ».

A cet égard, le psychiatre James Stone a commenté à la revue Nature que l’étude est très intéressante, mais ne disposant pas d’un groupe de contrôle, pour l’instant il ne permet que de conclure que les patients dépressifs tolèrent bien le yajé et ne semblent pas avoir de graves effets indésirables après une dose.

TRAITEMENTS POUR SYNDROMES DÉPRESSIFS :

Plus d’informations pour ceux qui veulent suivre des traitements avec Ayahuasca et Psychothérapie vous pouvez contacter notre médecin conseil.

[email protected]

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page