QUEL TYPE DE LEADER DIRIGENT LES ORGANISATIONS, LES GOUVERNEMENTS ET LES ENTREPRISES ?

Il est temps de se questionner et de repenser le sens du leadership pour nous calibrer vers une direction humaine en fonction de l’évolution des individus.

Laissez un commentaire / Par Alberto Jose Varela / 3 minutes de lecture

ETRE LEADER N’EST PAS DOMINER SES PROPRES EMOTIONS ET/OU CELLES DES AUTRES

Un leader n’a besoin de rien dominer, encore moins les émotions.

Cette époque nécessite une autre approche du leadership.

Jusqu’à présent, il semblait qu’être un leader était savoir évoluer dans le monde émotionnel des personnes qui sont dirigées, mais il est plus que prouvé que le domaine des émotions ne suffit pas à exercer un vrai leadership.

Le mot « domination » en lui-même ne correspond pas à la sémantique du leadership. Dans ce cas, nous pouvons approfondir dans les mots GESTION et FLUIDITE, en tant que processus dans lequel les situations qui se produisent sont acceptées et gérées calmement et avec maturité ; ou les mots INTELLIGENCE et OUVERTURE, qui représentent les considérations de tout ce qui apparait comme signaux et informations à traiter et à intégrer dans et avec les personnes qui participent à chaque acte de communication, transactionnel ou échange.

D’autres mots tels que EVOLUTION, COMPREHENSION, CONSIDERATION, ECOUTE, RECONNAISSANCE, POUVOIR, AUTORITE ET AMOUR, sont ceux que j’utilise comme partie dans le cadre de l’approche que je fais aux les leaders qui veulent se positionner dans des endroits plus élevés et profonds en même temps, d’où influencer de manière créative, originale et positive les personnes confrontées à un monde méconnaissable et à des circonstances exceptionnelles.

ETRE LEADER C’EST SE POSITIONNER DEPUIS L’INTERIEUR DANS LE COEUR DES AUTRES.

Ce n’est pas le moment d’imposer quoi que ce soit, d’obliger qui que ce soit, de contraindre les volontés ou de stimuler les soumis, car ces stratégies de pseudo motivation correspondent à une approche inhumaine qui a expiré depuis longtemps – même si la majorité ne s’est pas encore rendu compte – qui a incité les personnes de manière superflue à les faire produire plus efficacement, mais qui a seulement fonctionner pour enrichir quelques-uns et exploiter le plus grand nombre. Il est temps de commencer un nouveau chemin de leadership, dans lequel ceux qui se reconnaissent avec la qualité authentique d’ÊTRE LEADERS du futur, s’ouvrent à une nouvelle étape de formation et de raffinement. L’auto-découverte que cette idée résonne en vous est un sous-produit de la conscience qui vous indique clairement que vous pouvez assumer une place vraie et digne devant les autres, pour les traiter de la manière dont les êtres humains veulent être traités.

L’idée qu’être leader c’est contrôler, dominer ou convaincre correspond à un type de leadership qui n’a pas encore visualisé ou assimilé le leadership qui arrive, celui dont l’humanité en a un besoin urgent.

Des dirigeants de petites entreprises aux présidents de nations, ils croient que le leadership est quelque chose qui se développe vers l’extérieur, vers les autres, comme si c’était un acte de manipulation et charismatique, parce qu’ils n’ont pas encore compris que c’est un processus interne, de profonde connexion avec soi, d’où naît, avec tout le pouvoir et la pureté de l’Être, l’énergie qui a la capacité de motiver et d’enthousiasmer les autres de manière naturelle et spontanée. Sans sacrifices ni actions forcées.

ABORDER, GERER ET TRANSMETTRE sont plus que des mots, ce sont des processus de leadership pour lesquels le temps est venu de rentrer pour donner un virage dans la direction des personnes.

Alberto José Varela

[email protected]

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page